TIBOUM et TUBA



Le premier jour, Dieu fit le vent. Le lendemain, l’Homme inventa le tambour. Marc Steckar imagina le Tubapack le troisième jour.
Le quatrième jour, Tuba et Tiboum s’y rencontrèrent. Le cinquième jour, ils créèrent le Tubaboum.
C’est le sixième jour qu’ils entrèrent en studio, et Adam (Serge) vit que cela était bon.
Le septième jour, tandis qu’ils prenaient du repos, le monde découvrit leur musique. Il en eut le souffle coupé.
Des duos, il en avait entendus, et de toutes sortes. Des complicités amoureuses, des mariages de carpe et de lapin, des amitiés fulgurantes mais sans lendemain, des dialogues de sourd, des batailles farouches, des rencontres téléguidées sans âme et sans saveur…

Et dans tous les styles : guitare et accordéon, piano-chant, bombarde et biniou ou trompette et orgue… Mais de duo tuba-percussions, jamais. Et il écouta la musique, encore. Il entendit Tuba souffler, Tiboum battre des mains et des pieds, il apprécia le chant de Tiboum et les percussions de bouche de Tuba, il vit Tiboum improviser sur un thème de Tuba, Tuba faire de même sur un thème de Tiboum… Il confondit dans son esprit la pulsation et la chanson, la mélodie et le rythme, l’Air et la Terre. Et il se souvint que Tiboum et Tuba n’étaient pas n’importe qui.

Que Tuba s’appelait François Thuillier, qu’il était l’une des personnalités les plus marquantes apparues sur la scène française depuis quelques années, qu’en plus de son propre Brass Trio (avec Daniel Casimir et Serge Adam) et de sa présence au sein du big band Quoi de neuf docteur, on le retrouvait de Steckar en Padovani, de Machado en Barthélémy…
Il se rappela que Tiboum avait pour nom Pierre Guignon, mais que tout le monde l’appelait Tiboum depuis vingt ans qu’il promenait ses peaux de Bamboche en Bolo Varis et de trio à Boum en Tubapack, de musique traditionnelle en comédie musicale et de jazz en batucada…
Et il se dit qu’il n’était pas de hasard en ce monde.

Arnaud Merlin

Pierre "TIBOUM" GUIGNON

Né en1955 à Chalon-sur-Saône, Pierre Guignon, en pur autodidacte, se forme sur le terrain en accompagnant les jazzmen de passage (Henri Texier, Mickey Baker, Sonny Grey, André Villeger, Claude Guilliot, Kenny Clarke...) au jazz club de sa ville natale.

Pour parfaire ses connaissances techniques et théoriques, il entre à l'école de batterie Dante Agostini et entreprend des études de musicologie.

Après plusieurs années consacrées à la pédagogie musicale en Bourgogne, il a l'opportunité d'entrer dans la troupe de Jérôme Savary avec qui il restera plusieurs années, participant notamment à la création de la comédie musicale «Cabaret» (Victoire de la Musique et Molière 1987).

Il retourne ensuite à sa culture de base, le jazz, en formant un trio, le Trio à Boum, qui remportera le concours international de jazz de la Défense(1989).

Depuis, il joue et enregistre successivement avec l'Ornicar Big Band, le Quartet de Patrick Fradet (premier prix concours jazz et polar 1990), Marius Constant, le Quartet de Percussions de François Verly, le Tubapack de Marc Steckar, la Philippe Lacarrière Percussive Compagnie, le tubiste François Thuillier avec qui il forme un duo, le batteur Bruno Tocane (B.Tocane Réunion et duo), le saxophoniste Francis Bourrec, l'Orchestre de l'ARFI, la Bête a bon dos et les accordéonistes Jacques Bolognesi et Francis Varis (Bolo, Varis, Tiboum).

Parallèlement à cela, il a été soliste invité de l'ONJ (dir. Denis Badaut 1992) et enseigne au Conservatoire d'Athis-Mons, à l'université d'Orsay et intervient dans plusieurs écoles de jazz (CIM, Edim, ARPEJ).

DISCOGRAPHIE:

Zao, le Bamboche, Ornicar Big band, Trio à Boum, Marius Constant, Tubapack (6 CD), Patrick Fradet, Philippe Lacarrière Percussive Compagnie, La Bête a bon dos et Duo avec François Thuillier.

UA-40626626-1